Le monastère 2.0

Mis à jour : mai 12


Quatre mois d’une expérience libératrice, c’est ainsi que je peux résumer mon passage dans la Famille Marie-Jeunesse. Tout d’abord, cette expérience a donné un nouvel éclat à ma foi. Je me suis laissé surprendre par la joie de prier avec amour et confiance. Cela a apporté un souffle nouveau dans ma vie, et m’a permis de cultiver progressivement une paix intérieure quotidienne. C’est comme si une petite flamme en moi s’était rallumée et me permettait de m’abandonner à Dieu.

Me sentir plus proche de lui m’a aussi permis de me rapprocher d’une partie plus vraie de moi-même. Vivre avec une communauté, c’est emprunter une part de leur mode de vie. Cette transition m’a fait sortir de ma zone de confort, que j’avais besoin de quitter. Issue d’une génération ultra connectée, j’ai découvert en communauté la beauté d’une vie simple et plus authentique.

Ces quelques mois ont également été pour moi une véritable école de vie.

Ne pas avoir accès à Internet partout a été à la fois mon plus grand défi et ma plus belle grâce. À une époque où les amitiés sont souvent virtuelles, j’ai goûté à une fraternité plus sincère. Par chaque sourire, chaque encouragement, chaque élan de charité, les frères et sœurs ont été pour moi des témoins de l’amour inconditionnel du Christ. Paradoxalement, au-delà de cette simplicité, Marie-Jeunesse est pour moi un peu comme un monastère 2.0, car son étonnante modernité est assez éloignée des caricatures rigides et austères que l’on peut se faire des monastères.

Ces quelques mois ont également été pour moi une véritable école de vie. J’y ai adopté de nouvelles habitudes, telles que ranger ma chambre, prendre soin de mes affaires, faire ma lessive toute seule, etc. Cela peut sembler banal, mais il m’aura fallu cette expérience pour poser un pas plus affirmé dans ma vie de jeune adulte. J’ai cultivé, par ces gestes, le désir de prendre soin de moi en mettant de l’amour et de la beauté dans mes actes au quotidien. Ce changement intérieur s’est poursuivi à travers de petits dépassements qui ont nourri ma confiance en moi au fil des semaines : animer la prière du chapelet, participer à la chorale, aider en cuisine, etc. Dans ce monastère, j’ai appris des choses que je n’aurais jamais imaginé acquérir.

Par cette expérience, je me suis épanouie dans ma relation avec Dieu et j’ai été renouvelée intérieurement.

Ainsi, par cette expérience, je me suis épanouie dans ma relation avec Dieu et j’ai été renouvelée intérieurement. J’en ressors avec une satisfaction indescriptible. Je remercie sans fin la Vierge Marie et le Bon Dieu pour toutes les grâces que j’ai reçues et qui portent encore des fruits dans mon cœur.


Élodie Prian

23 ans, Martinique

Article paru dans Le Veilleur no 118

8 vues

Posts récents

Voir tout